Pourquoi la mobilité professionnelle a du bon !

N. , chef de service à L’Etape, a passé 1 semaine en immersion dans une structure partenaire. Il nous partage son expérience.

« Que retiens-tu de ton immersion ?

S’extirper du quotidien

Avec du recul, qu’il est possible de s’octroyer du temps pour aller découvrir, explorer un lieu pour lequel on a de l’appétence ; certes, ceci nécessite de la disponibilité et de la souplesse dans notre organisation routinière. Inévitablement, ceci accentue la charge de travail momentanément mais le bénéfice en vaut la peine.

S’extirper de son quotidien, se l’autoriser, fait du bien car cela procure de l’émulation pour la suite ; on revient inévitablement avec des idées nouvelles. Un stage de découverte permet d’appréhender des réalités autres que l’on peut ensuite ramener sur notre terrain avec plus ou moins des ajustements.

Se laisser surprendre

Découvrir un nouveau projet, une nouvelle organisation de service, de préférence en immersion complète, se laisser surprendre par d’autres façons de faire, vaut grandement une formation académique descendante. On s’imprègne en direct d’une réalité de terrain en exacerbant notre curiosité.

S’initier à de nouvelles pratiques

Un lieu d’accueil sain est toujours heureux d’accueillir et d’expliquer ses pratiques, ses principes et modalités d’intervention, faire découvrir ses outils. On est associé et consulté. On confronte les idées, les projets d’établissement. Les rencontres avec les usagers sont réelles, on peut alors observer puis s’initier aux techniques d’intervention ; on est dans l’action. Ceci est possible car nous sommes diplômés et non pas stagiaires.

Réfléchir à l’avenir

Un stage de découverte ouvre des perspectives, peut conforter ou pas des choix à opérer à l’avenir. Il faut donc être disponible psychiquement pour accueillir de l’extériorité.

Est-ce tu conseillerais ce type de mobilité professionnelle ?

Oui, pour toutes les raisons évoquées ci-dessus.

Je dirais que pour faire un stage de découverte sereinement, il ne faut pas attendre d’être épuisé professionnellement ; cela serait contre-productif mais néanmoins cela contribue à s’aérer la tête ».

Cette mobilité en externe fait écho à d’autres mobilités en interne, mises en place dans des services de L’Etape. Vous pouvez (re)découvrir les témoignages des salariés ici et aussi ici.

Mars 2024

Autres actualités
L'Etape Centre Habitat L'Etape Centre d'habitat évolue
L'Etape Centre Habitat Santé mentale & art graphique, un joyeux...
L'Etape Centre Habitat "Jamais 2 sans 3" pour mieux comprendre...